Numérisation des données de construction : systèmes de classification et Modèles de description

Posté par

Mis à jour le 10 septembre 2020

Ces dernières années, diverses organisations ont développé des modèles de données qui sont progressivement adoptés par l’ensemble du secteur de la construction. Ils facilitent l’échange de données et accélérent la transformation numérique. Dans cet article, nous comparerons les deux approches les plus répandues et examinerons les avantages et les inconvénients de leur application au niveau du secteur. La première approche utilise des systèmes de classification pour numériser les informations des objets de construction. La seconde emploie des Modèles de description proposés par les organismes de normalisation ISO et CEN pour une utilisation dans la Modélisation des Informations de la Construction.

Definir un modèle de données universel

Le principal objectif des modèles de données est de fournir la définition et le format des données. Selon West et Fowler*, « si cela est fait de manière cohérente entre les systèmes, la compatibilité des données peut avoir lieu. Si les mêmes structures sont utilisées pour stocker les données et y accéder alors différentes applications peuvent partager les données ».

C’est pourquoi, l’adoption d’un modèle de données commun à l’ensemble du secteur est essentielle pour lui permettre d’entrer dans l’ère numérique.

En termes simples, si les machines et les personnes doivent échanger librement des données, nous devons d’abord nous mettre d’accord sur la manière dont ces dernières doivent être structurées.

*Matthew West et Julian Fowler (1999). Développement de modèles de données de haute qualité. The European Process Industries STEP Technical Liaison Executive (EPISTLE). 

digital twin

Systèmes de classification dans la construction

Les systèmes de classification nous aident à organiser les informations dans un ordre précis pour un objectif spécifique et, ils sont largement utilisés dans le secteur de la construction. En fait, compte tenu de la complexité du processus de construction, ils reflètent une nécessité. D’ailleurs, ces dernières années, certains systèmes de classification ont évolué au-delà de leur objectif de base, visant non seulement à classer les informations, mais également à fournir une structure pour l’échange d’informations sur les objets de construction. Dans ces consditions, les systèmes de classification modernes peuvent-ils également servir de modèles de données ?

Un écosystème de classification diversifié

De nombreux systèmes de classification sont intégrés dans des cadres nationaux. Ils sont souvent fondés sur les particularités culturelles, technologiques ou juridiques d’un pays ou d’une région donnée. Ainsi, ils sont très utiles pour fournir un système d’organisation de l’information au niveau national à l’échelle de l’industrie.

Toutefois, lorsqu’il s’agit de structurer les informations sur les objets de construction, ces systèmes peuvent présenter des inconvénients. L’adoption d’une approche qui restreint l’utilisation des données à certaines régions géographiques pourrait s’avérer être une solution temporaire qui nécessiterait des efforts supplémentaires de refonte et d’adaptation aux besoins technologiques du secteur qui sont en constante évolution.

L’adoption d’une approche qui restreint l’utilisation des données à certaines régions géographiques pourrait s’avérer être une solution temporaire qui nécessiterait des efforts supplémentaires de refonte et d’adaptation aux besoins technologiques du secteur qui sont en constante évolution.

Des données adaptées aux besoins  

Lorsque l’on aborde le sujet des données, il est nécessaire de considérer leur utilisation à venir :  « qui est le demandeur et quel est l’objectif ? ». C’est là que les données de construction se compliquent. Un projet classique implique un certain nombre de parties prenantes, qui ont des besoins d’informations variés pour être en mesure d’accomplir leurs tâches. De nombreux systèmes de classification sont développés pour servir un objectif spécifique comme la spécification, l’estimation des coûts, la gestion des installations, etc. Peut-on les utiliser avec succès pour répondre à différents besoins d’information ?

Bien que de nombreux systèmes de classification intègrent des propriétés différentes, aujourd’hui, ils ne garantissent pas pour autant que les informations puissent être correctement interprétées et utilisées par tous les acteurs.

digital twin

Bien que de nombreux systèmes de classification intègrent des propriétés différentes, aujourd’hui, ils ne garantissent pas pour autant que les informations puissent être correctement interprétées et utilisées par tous les acteurs. Si une propriété n’est pas clairement définie selon une source crédible et liée à des attributs essentiels tels que des méthodes de test, des valeurs, des unités, alors, les informations qu’elle transporte n’ont aucune signification. Par ailleurs, ces systèmes peuvent être mal interprétés et entraîner des erreurs coûteuses.

Nouveaux modèles économiques dans la construction

Les nouveaux modèles commerciaux tels que les marchés mondiaux du numérique ont déjà radicalement changé de nombreuses industries à travers le monde. Ils peuvent également changer la donne pour la construction. Pouvoir comparer, sélectionner et commander des produits, des matériaux ou des systèmes de construction en fonction de leurs propriétés optimiserait les processus chronophages tels que la spécification, l’estimation des coûts, l’achat, etc.

Toutefois, si les modèles de données de ces objets de construction ne s’avèrent être applicables que dans certains pays ou régions, le marché mondial ne reste qu’un autre grand concept du futur. Et rappelons que la numérisation des données de construction sur laquelle nous travaillons aujourd’hui est la première étape vers l’avenir numérique, et nous devons voir grand.

En fait, nous devons penser global

La nécessité d’établir une structure de données commune pouvant être utilisée universellement dans le secteur de la construction a déjà été identifiée par les organismes de normalisation CEN et ISO.

La nécessité d’établir une structure de données commune pouvant être utilisée universellement dans le secteur de la construction a déjà été identifiée par les organismes de normalisation CEN et ISO. En conséquence, ces dernières années ils ont travaillé à l’élaboration d’une norme – EN ISO 23387 – pour structurer les informations sur les objets de construction dans le BIM. Cette norme a été récemment publiée par les deux organisations, fournissant ainsi la ligne directrice nécessaire pour que les données de construction soient universellement comprises .

Propriétés et Modèles de description

La structure du Modèle de description proposé dans la nouvelle norme EN ISO 23387 est spécifiquement développée pour servir et intégrer les différents besoins d’information des acteurs de l’industrie de la construction. En utilisant des Modèles de description interprétables par ordinateur et neutres sur le plan linguistique, les acteurs peuvent constituer une compilation de propriétés de tout objet de construction pour répondre à leurs cas d’utilisation spécifiques.

Les propriétés créées selon la norme EN ISO 23386 sont compilées dans des Modèles de description conformément à la norme EN ISO 23387 pour répondre à des besoins d’information spécifiques.

Les propriétés, telles que la transmission thermique ou la résistance à l’effraction, qui décrivent un objet de construction et qui sont incorporées dans ces Modèles de description, sont basées sur les exigences réglementaires définies par les normes de produits et de l’industrie appropriées. D’autres propriétés sont développées pour répondre aux exigences reconnues par le marché et l’industrie, ou aux besoins spécifiques des utilisateurs. Pour s’assurer que toutes ces propriétés soient universellement comprises, tant par les ordinateurs que par les humains, les organismes de normalisation CEN et ISO ont récemment publié une autre norme – EN ISO 23386 – entièrement alignée sur la norme des Modèles de description. L’objectif principal de la norme EN ISO 23386 est de rendre les informations interprétables par ordinateurs et d’assurer la qualité des données. Cela se fait en donnant à chaque propriété une signature numérique unique (un morceau de code appelé GUID) reliant les propriétés aux sources fiables (telles que les normes européennes harmonisées) afin que le sens puisse être conservé quel que soit le contexte local. La norme fournit également des indications sur la manière de procéder en établissant un processus strict de gouvernance des données.

L’objectif de la nouvelle norme ISO 23387 est de faciliter l’utilisation et la réutilisation des données, en fournissant la structure permettant de regrouper les propriétés créées – selon la norme EN ISO 23386 – en ensembles de données qui répondent à des besoins d’information spécifiques, tels que « les données à déclarer pour me conformer aux réglementations européennes et pouvoir vendre mon produit sur le marché européen ». Les Modèles de description peuvent être utilisés par un client pour créer ses exigences en matière d’information sur les actifs ou par un prescripteur pour fournir des plages de valeurs aux propriétés des objets de construction puis les distribuer sous forme de données aux autres parties prenantes du projet.

L’application des deux normes EN ISO 23386 et ISO 23387 garantit non seulement que rien ne se « perde dans la traduction », mais elle permet également un échange d’informations entièrement automatisé entre tous les acteurs de l’industrie de la construction dans le monde entier.

La voie à suivre

Chez Cobuilder, nous pensons que les normes industrielles sont la voie à suivre pour propulser la transformation numérique dans le secteur de la construction. C’est pourquoi, notre plateforme de solutions intégrées est développée en conformité avec toutes les normes pertinentes pour la gestion des données et les Modèles de description en sont le cœur.

Au final, tous les efforts de numérisation – y compris les systèmes de classification – devraient être alignés pour garantir aux données d’être échangées librement entre toutes les parties prenantes du secteur. C’est en fait l’un des principaux objectifs des normes EN ISO 23386 et ISO 23387.

Vous pouvez choisir de nombreux chemins pour vous accompagner dans le virage numérique, néanmoins, faire confiance aux normes est le moyen le plus sûr et le plus simple.

Le service Expertise Conseil de Cobuilder peut également vous accompagner dans le développement de votre propre stratégie de données numériques puis dans la mise en œuvre d’une solution qui sera adaptée à la taille et aux ambitions de gestion des données de votre entreprise.