BIG DATA BIM

« L’univers numérique croît de façon exponentielle et en 2020, le volume total des données créées dans le monde atteindra 44 zettaoctets (c’est-à-dire 44 trillions de gigabytes!) ». Ce sont de vieilles nouvelles pour toutes les industries qui sont constamment sur la voie du Data-Driven Innovation (DDI) bien que cela vienne récemment pour l’industrie de la construction. Pourquoi sommes-nous en retard ?

Nous allons examiner deux raisons principales qui expliquent pourquoi le bruit autour des données n’est pas atteint les experts de construction.

Est-ce que le BIM est aussi une science des données ?

Le BIM n’est pas 3D … Le BIM est un système de processus … Le BIM est un changement idéologique … Le BIM est simplement une bonne pratique.

En suivant telles déclarations, nous pouvons penser que peut-être les projets réels BIM dépassent les définitions du BIM par une fraction. Franchement, la vérité peut être trouvée dans toutes ces définitions, et il ya une raison pourquoi il est si difficile de définir le BIM. Toutefois, nous allons ajouter quelques informations supplémentaires dans ce mélange en déclarant que le BIM peut facilement être considéré comme une implémentation de la science des données dans l’industrie de la construction.

« La science des données concerne les processus et les systèmes scientifiques (nous sommes en général d’accord pour dire que le BIM est un système de processus). Elle a pour but d’extraire des connaissances (le savoir signifie l’optimisation des processus et éventuellement l’épargne) ou des données sous diverses formes, structurées ou non structurées (Modèles de Fiches de Produit, 3D Modèles, documents) ». La science des données étudie : la partage des données, l’interopérabilité des données, la structure des données et le cycle de vie des données. Cela vous semble familier ?

Est-ce que les données ne sont pas les informations dans le centre mort du BIM qui porte la plus grande valeur ? Est-ce que l’utilisation des données (nous pouvons utiliser des modèles 3D aussi) va-t-elle vraiment nous présenter les avantages du BIM ?

Donc, pourquoi nous avons imposé depuis longtemps cette séparation non naturelle entre « le BIM piloté par la conception» que nous pouvons voir et « le BIM piloté par les données» que nous ne pouvons pas actuellement voir quand nous parlons de différentes formes de DONNÉES NUMÉRIQUES ?

Avancer vers les données structurées

Dès qu’on a réalisé que notre secteur est parmi les nombreux confrontés au problème concernant le BIG DATA, nous devons admettre que la plupart des données actuellement disponibles pour nous sont non structurées. Les données non structurées incluent les courriels, les documents de traitement de texte, le multimédia, les vidéos, les fichiers PDF, les tableurs, le contenu de messagerie, les images et graphiques numériques, les enregistrements GPS de téléphones portables, etc. Mais comment l’utiliser ? La réponse est: inefficacement. Toute l’industrie parle de la façon dont nous allons laisser les machines et les algorithmes comprendre les grandes quantités de données produites par l’industrie de la construction, mais il semble qu’on a oublié que la majorité des données n’est pas lisible et interopérable par une machine. Oui, elles ne sont pas du tout structurées.

Avez-vous déjà demandé pourquoi il est si difficile de produire de véritables chiffres que BIM peut apporter aux projets dans le monde? Eh bien, d’une part, nous n’avons même pas commencé à effleurer le problème en rendant les données de construction utilisables, accessibles et mesurables. En outre, les données sont coûteuses. Faire les choses comme il faut, cela prend du temps. Se tromper est encore plus cher. Il y a besoin de données pour faire le BIM.

Faire le BIM, cela signie créer des données et la raison pour laquelle nous échouons à le prouver c’est le fait que nous dépêchons trop et nous ne nous concentrons pas sur la possibilité d’obtenir d’une manière correcte l’essentiel des données.

Innovation pilotée par les données

L’OCDE identifie les entrepreneurs pilotés par les données comme l’un des groupes principaux qui alimentent l’innovation fondée sur les données. Ils fournissent l’infrastructure nécessaire pour stocker, organiser et valider des ensembles de données à grande échelle. Essentiellement, ils fournissent les produits qui permetent de donner un sens et qui créenent la valeur du BIG DATA.

Chez coBuilder, nous sommes déterminés à être ces entrepreneurs – c’est une importance vitale pour l’industrie de la construction. Aujourd’hui, nous savons comment numériser les données des produits de construction, comment les rendre structurées, interopérables, basées sur des normes et comment laisser les données passer par les étapes du cycle de vie d’un projet. En ayant cette connaissance et cette expérience, qui sait ce que nous allons savoir demain.

Nous avons créé nos propres solutions de données innovantes et maintenant quand les moyens d’utiliser le BIG DATA sur les produits de construction sont disponibles, c’est à vous de commencer à créer la valeur pour votre entreprise. Après tout, le BIM est une collaboration.

Sources :

OECD, Data-Driven Innovation, Big Data for Growth and Well-Being, DOI:10.1787/9789264229358-en
Charles Roe, 2012, http://www.dataversity.net/the-growth-of-unstructured-data-what-are-we-going-to-do-with-all-those-zettabytes
Predictive Analytics Degree: Northwestern SPS”. northwestern.edu. Northwestern University. Retrieved 28 May 2016. The Master of Science in Predictive Analytics (MSPA) program, established in 2011, is a fully online part-time graduate program, one of the first to offer dedicated training in data science